Copenhague : ou l’imagination à vélo

Que les Danois fassent du vélo, je le savais.

Qu’ils en fassent en famille, c’est déjà plus compliqué.

Qu’ils débordent d’imagination, là j’ai été bluffée. Et le mot est faible.

Tout existe. Sécurisé. Sommaire. Rembourré. Cabine à l’avant ou à l’arrière. Capoté ou non.

Je vous laisse découvrir.

Ne croyez pas qu’il s’agisse que d’une simple caisse, même si elle est bleue… l’ensemble est très sécurisé…

Même pas besoin de forcément pédaler soi même. Si facile d’en trouver à chaque coin de rue touristique… très populaire !!!

Personne n’est obligé de pédaler non plus.

Je n’avais jamais vu ces modèles de déplacements collectifs de bébé. Chaque bébé est attaché dans son landau. Je pense qu’il s’agissait d’une sortie de la crèche.

Enfin, certains vélos ont une destination bien précise ;-) j’étais sidérée !

Copenhague, la ville du vélo ? des vélos ?

Une vraie culture en tout cas.

Faire du vélo à Copenhague

Comment dire ?

Le vélo et les cyclistes ne sont pas uniquement tolérés à Copenhague, c’est bien plus que çà : la ville est construite pour eux.

Comme si on avait tracé d’abord des pistes cyclables, et organisé la ville autour. Y compris les canaux et bras de mer.

Des pistes cyclables dans chaque rue. Des vraies, indépendantes de rues pour les voitures et des trottoirs pour les piétons. Ici, on va dire que les vélos sont plutôt majoritaires.
Ici, le vélo du facteur partage la piste cyclable avec les poussettes…
Un bémol : les emplacements pour rangements des vélos devant les logements semblent encore insuffisants, mais tout le monde cohabite très très bien.

Le « métro » et le train de banlieue locaux sont complétement adaptés à l’usage des vélos, des plates-formes leurs sont réservés, on pourrait bien s’en inspirer en France.

Pendant 2 semaines, j’ai habité une maison de proche banlieue, équipée de 5 vélos à notre disposition. Et si je vous disais que je n’ai pas osé en faire…
D’accord, je suis très moyennement sportive. Mais surtout, les cyclistes vont vraiment très vite, connaissent leur chemin et utilisent un code de déplacement très particulier, notamment au moment des changements de direction. Bref, j’ai pas osé.

A bientôt, pour une autre vision des vélos de Copenhague.